TROU NOIR

Voyage dans la dissidence sexuelle

Français | English

Bash Back ! Is Back ! Entretien : Faire revivre un réseau queer insurrectionnel

En 2007, durant les préparatifs d’actions contre la Convention Nationale Républicaine de 2008, un réseau insurrectionnel d’anarchistes queers s’est formé sous le nom de Bash Back ! Au cours des trois années qui ont suivi, ce réseau a participé à une série de confrontations, d’efforts d’organisation et de publications, qui ont élargi et intensifié la lutte contre la normativité de sexe et de genre. Aujourd’hui, alors que les fascistes et autres fanatiques réitèrent leurs assauts contre les personnes queer et trans et que les anarchistes ripostent, il est urgent de renouveler la coordination et l’innovation. Dans ce contexte, les participants du réseau originel Bash Back ! ont appelé à une nouvelle convergence Bash Back ! en septembre 2023.
Une anthologie des textes de Bash Back !, Vers la plus queer des insurrections, a été publiée en 2020 aux éditions Libertalia.

Nous traduisons cet entretien réalisé par nos ami.e.s de CrimethInc.

« Les années qui viennent de s’écouler ont été marquées par l’intensification – de la crise, de l’aliénation, de la défaite et de la lutte. La droite ne se réfugie plus derrière des euphémismes : elle veut exterminer les personnes queer et trans. Face à cela, la gauche n’offre que de fausses solutions : voter, faire des dons, s’assimiler. Une décennie de représentation, de victoires juridiques symboliques, d’activisme sur les médias sociaux et de saturation du marché de masse ont aggravé notre situation à tous points de vue. Nos amis des beaux jours ne nous sauveront pas des conséquences de leur stratégie de visibilité vide. La conclusion inéluctable est que nous devons nous réunir pour nous protéger nous-mêmes.
L’histoire nous montre que l’héritage queer consiste à créer des liens dans un monde qui nous hait, qu’il est un héritage de joie émeutière, un héritage de riposte. Les attaques se poursuivront contre nos clubs, nos parcs, nos lectures drag de contes et nos frères et nos sœurs. Pour résister, nous avons besoin d’espaces – souterrains si nécessaire – pour nous retrouver, des espaces pour nous ressouvenir, pour construire, pour partager et pour conspirer. »

Pour approfondir l’héritage de Bash Back ! et ses possibilités actuelles, nous avons réalisé l’entretien suivant avec d’ancien.ne.s membres de Bash Back ! qui prennent part à l’organisation de la prochaine convergence.

Entretien

Parlez-nous de l’assemblée de septembre. Que peut-on faire pour y participer ou y contribuer ?

La convergence 2023 Bash Back ! aura lieu à Chicago du 8 au 11 septembre. Nous invitons tous nos camarades queers pour un week-end de construction d’un réseau, d’apprentissage mutuel et d’élaboration de nouvelles stratégies et tactiques pour lutter contre l’ordre social. Nous organisons cet événement parce qu’il y a eu tant d’exemples stimulants de personnes queer qui ont riposté contre les fanatiques – par exemple, les réactionnaires qui essaient de faire fermer les spectacles de drags. Toutefois, nous avons besoin de plus de cohésion et de plus de stratégie, en raison notamment de l’escalade des agressions à l’encontre des personnes queer et trans dans tout le pays et dans le monde entier. Bien entendu, ces violences s’inscrivent dans le contexte d’une crise du capital profondément enracinée et qui ne cesse de s’aggraver, et d’une crise climatique qui s’intensifie de jour en jour.

Plus spécifiquement, il y a un besoin manifeste de construire une tendance queer militante qui soit anticapitaliste, anti-étatiste et anti-assimilationniste. Les libéraux et les sociaux-démocrates ont promu l’assimilation afin que les personnes queer et trans puissent être utilisées comme des pions politiques, à sacrifier lorsque cela leur est opportun électoralement. Toute avancée dans la guerre culturelle n’a conduit qu’à la subsomption du queer à la logique du capital et à la fausse liberté agitée par la politique de consommation.

Pour ce qui est de la participation ou de la contribution, l’essentiel pour l’instant est que nous recherchons des gens pour prendre part au programme de la convergence. Nous acceptons les propositions jusqu’au 20 juin. En dehors de la programmation, la tâche la plus importante que les gens puissent entreprendre est de renforcer les relations et les affinités avec les membres de leurs communautés. Cela a toujours été l’essence de Bash Back ! qui n’a jamais été une organisation centralisée mais plutôt un réseau de partage d’idées et de camaraderie.

Bash Back ! a vu le jour à l’approche de la Convention nationale républicaine de 2008. Le fait qu’il ait vu le jour dans le Midwest plutôt que sur les côtes a-t-il influé sur son caractère et son développement ?

Les origines de Bash Back ! s’inscrivent dans un contexte qui, une décennie et demie plus tard, semble très éloigné. Je pense que deux éléments ont joué un rôle essentiel dans le climat politique qui a donné naissance à Bash Back ! : la méthode de protestation du "summit-hopping" et la popularité croissante de l’anarchisme insurrectionnel au sein du milieu anarchiste/radical de l’époque. Par "summit-hopping", j’entends les grandes manifestations contre les rassemblements de capitalistes, comme le sommet de l’Organisation Mondiale du Commerce à Seattle en 1999 et les réunions du Fonds Monétaire International, de la Banque mondiale, du G8 et du G20 tout au long des années 2000. Rétrospectivement, ces manifestations ont été spectaculaires et très médiatisées, mais en grande partie symboliques. Ensuite, l’anarchisme insurrectionnel a gagné en popularité, en particulier, je pense, auprès des personnes qui avaient été politisées ou radicalisées par le mouvement anti-guerre, mais qui voyaient aussi dans ce mouvement son échec total. En termes de tactique, l’accent était mis sur les groupes d’affinité et les black blocs.

Dans ce contexte, l’idée originale de Bash Back ! est née de l’organisation de la perturbation de la Convention Nationale Républicaine (CNR) dans les Twin Cities (Minneapolis/St. Paul, Minnesota) en 2008. Lors d’une séance de stratégie à Milwaukee en 2007, l’idée d’un blocus queer/trans de la CNR a germé, et Bash Back ! s’est développé à partir de cette idée initiale.

L’un des aspects les plus significatifs de la forme originelle de Bash Back ! est qu’il s’agissait en grande partie d’un projet d’anarchistes du Midwest. À l’époque, une grande partie de l’activisme queer "radical" ou progressiste le plus visible provenait des côtes, avec des scènes activistes bien établies qui en venaient souvent à étouffer les nouvelles idées ou qui étaient empêtrées dans l’idéologie de la non-violence. On y retrouverait également un certain degré d’élitisme culturel, dans la mesure où l’on supposait qu’être un "queer radical" ne pouvait se faire que dans les grandes villes côtières libérales. Ainsi, Bash Back !, issu du Midwest et non lié à des scènes "queer radicales" déjà établies, a ouvert de nouvelles possibilités de militantisme, en résistance directe aux églises anti-queer, aux politiciens et aux autres groupes extrêmement hostiles aux gays.

Pouvez-vous nous rappeler quelques-uns des principaux événements, luttes et procès de la première phase de Bash Back ! ?

Il est difficile de répondre à cette question, car beaucoup de choses ont eu lieu dans tout le pays grâce à Bash Back ! Mais je pense qu’il est important de souligner quelques points :

  • DNC/RNC 2008  : le réseau Bash Back ! naissant a participé à des manifestations à Denver (pour la Convention Nationale Démocrate) et dans les Twin Cities (pour la Convention Nationale Républicaine).
  • Pittsburgh 2009  : Bash Back ! a organisé une marche très mouvementée à Pittsburgh pendant le sommet du G20.
  • Église Mt. Hope : En novembre 2008, des membres de Bash Back ! ont perturbé la messe du dimanche dans une méga-église réputée anti-gay à Lansing, dans le Michigan. Cette action a donné lieu à un procès intenté par l’Alliance Defending Freedom contre Bash Back ! qui, après une bataille juridique de plusieurs années, a abouti à une injonction permanente interdisant les perturbations dans les églises.
  • Campagne de vengeance de Duanna : En février 2008, Duanna Johnson, une femme noire transgenre, a été tabassée par des policiers à Memphis, dans le Tennessee. Elle a été assassinée en novembre 2008, vraisemblablement par les policiers qui l’avaient rouée de coups quelques mois auparavant. Cela a déclenché une campagne à Memphis pour venger sa mort.

Participant.e.s de Bash Back ! Lansing, interviewé.e.s dans le magazine Details magazine après avoir perturbé le service à la méga-église homophobe.

En outre, Bash Back ! a organisé trois convergences :

  • Chicago 2008 : elle s’est concentrée sur la planification d’actions autour de la DNC/RNC durant l’été 2008.
  • Chicago 2009  : elle s’est focalisée sur le développement de Bash Back ! en tant que mouvement, sur la création de liens et sur le renforcement de nos attaques contre l’ordre social. Une marche dans Boystown, le quartier gay de Chicago, a été attaquée par la police. Cela a engendré un conflit au sein de la convergence entre celleux qui se sont battu.e.s contre la police et les libéraux/identitaires qui ont prôné la non-violence face à la violence policière.
  • Denver 2010 : c’était la dernière convergence de la mouvance Bash Back ! ; le même clivage entre politiques libérales/identitaires et queer insurrectionnel se reproduisait sous nos yeux pendant toute la durée de la convergence mais nous ne voulions pas le voir. Ces tensions étaient aussi palpables qu’insurmontables, et c’est ainsi que Bash Back !, dans sa forme originale, a été considéré comme mort.

Toutefois, ces faits marquants ne reflètent qu’une infime partie de l’action de Bash Back ! Les sections de tout le pays ont participé à de très nombreux actes de vandalisme, à de nombreuses confrontations avec la police, à des manifestations contre les assimilationnistes et les exterminationnistes, à des affrontements physiques avec des religieux fanatiques et à d’innombrables actes de propagande. Tout cela constitue l’héritage de Bash Back !

Promotion pour la convergence de 2010 de Bash Back ! de à Denver, dans le Colorado.

Expliquez-nous comment Bash Back ! a opéré à partir des cadres politiques identitaires existants à la fin des années 2000, tout en s’y opposant.

Lorsque Bash Back ! a commencé, l’idéologie de la non-violence prévalait dans le milieu militant. En termes de politique identitaire, nombre de ces militants libéraux/"radicaux" partaient du principe que toute confrontation était forcément le fait d’hommes blancs hétérosexuels machos de la classe moyenne/supérieure et qu’elle était donc raciste/sexiste/homophobe parce que les personnes queer/trans, les femmes et les personnes racisées subissaient le plus gros de la répression et de la violence policières. Bash Back ! s’est directement opposé à ce discours, constituant une grande partie du conflit qui a éclaté durant la convergence de Chicago en 2009. Certaines personnes n’arrivaient pas à croire que les queers/trans, les pauvres, les femmes et les personnes racisées pouvaient se battre contre les flics ou se montrer plus conflictuel.le.s. Une partie de l’attrait de Bash Back ! résidait dans le fait que les personnes marginalisées se défendaient sans aucune honte et de manière concrète. D’un point de vue très pratique, Bash Back ! était pro-violence, et les gens n’avaient pas l’habitude que les groupes marginalisés revendiquent cette perspective.

En outre, Bash Back ! s’est toujours positionné contre l’assimilation et contre les politiques identitaires libérales qui considèrent la représentation sociale, politique et économique comme une fin en soi. Ainsi, à l’époque où des questions telles que le mariage gay et le service militaire constituaient les principaux enjeux des organisations LGBT, Bash Back ! s’y opposait fermement et s’en prenait même à des groupes tels que Human Rights Campaign et Stonewall Democrats, qu’il accusait d’être assimilationnistes ou de trahir les personnes trans selon le gain politique qu’ils pouvaient en tirer.

Un poster de Bash Back ! s’opposant à la campagne assimilationniste visant à ce que l’armée soit plus inclusive.

D’un point de vue plus abstrait, je pense que les approches concurrentes de l’identité ont été dans les faits un élément central de la dissolution du mouvement de Bash Back ! Il y avait un éventail de points de vue sur l’identité dans Bash Back ! D’un côté, il y avait une tendance fortement influencée par le nihilisme queer et l’anarchisme insurrectionnel ; pour ce bloc, l’identité queer était une identité d’opposition à l’ordre social capitaliste et à son hétéronormativité. D’autre part, il y avait une approche plus positive de l’identité queer ; positive dans le sens où elle n’était pas basée sur une opposition politique à l’ordre social mais plutôt liée à l’expérience individuelle du genre/de la sexualité. Étant donné que Bash Back ! était une organisation basée sur l’identité, ces compréhensions divergentes de l’identité queer ont conduit à des visions opposées qui ont fini par dissoudre le réseau.

Qu’est-ce qui a changé depuis l’apogée du réseau original ? Qu’est-ce que le modèle Bash Back ! a à offrir aujourd’hui ?

Le premier réseau Bash Back ! a vu le jour juste avant la crise économique de 2008. Depuis, nous avons le sentiment de passer d’une crise à l’autre – et en outre, les crises s’intensifient. Je pense que c’est probablement le plus grand changement depuis le début de Bash Back ! ; la permanence de la crise et l’espèce de désespoir face à l’avenir ne s’étaient pas encore vraiment installées à cette époque. Il était autrefois assez mal vu de dire que les choses iraient de mal en pis et que nous n’avions effectivement pas d’avenir ; aujourd’hui, c’est ce que l’on comprend communément du sort des millennials et de la génération Z. Entre la crise apparemment permanente du capitalisme et la catastrophe climatique en cours, les choses apparaissent plus sombres aujourd’hui qu’elles ne l’étaient auparavant.

Bash Back ! participant à une action antifasciste à une époque où les conflits sociaux étaient moindres.

Mais d’un autre côté, je pense que beaucoup des idées qui étaient popularisées non seulement dans Bash Back ! mais aussi plus largement dans le milieu anarchiste à cette époque ont gagné du terrain d’une façon qui ouvre à de nouvelles potentialités. Par exemple, le concept d’abolition des prisons et l’idée d’aide mutuelle se retrouvent dans des discours plus vastes. L’organisation syndicale s’est également développée dans des secteurs qui paraissaient naccessibles auparavant, et il semble que cela a également conduit à une plus forte conscience de classe. Plus en accord avec l’objectif de Bash Back !, l’idée que les personnes sont non-binaires ou genderqueer s’est également répandue dans le courant dominant d’une manière que je n’aurais pas anticipée, étant donné le climat social dans lequel Bash Back ! s’est formé à l’origine.

Sans trop me plonger dans une analyse économique aride, je pense qu’il est indéniable que les contradictions du capitalisme sont devenues plus visibles au cours de ces dernières années. Et l’histoire nous montre nettement que les crises du capitalisme se traduisent par une intensification des politiques réactionnaires et de la répression. Historiquement, nous pouvons prendre l’exemple de Magnus Hirschfeld, qui a été l’un des premiers à défendre les personnes queer et trans à Berlin dans les années 1930. On sait que les nazis ont brûlé des livres, mais on oublie souvent qu’ils ont brûlé la bibliothèque de l’Institut für Sexualwissenschaft de Hirschfeld, qui était peut-être la première organisation à défendre et à soutenir spécifiquement les personnes queer et trans. Il est donc évident que les personnes queer et trans sont les premières cibles des moments réactionnaires de l’histoire.

Un poster pour la première convergence Bash Back ! de 2008.

En fin de compte, c’est ce qui rend le moment actuel si important et d’où nous pouvons tirer des leçons des débuts de Bash Back ! Je pense que la force fondamentale du réseau Bash Back ! résidait dans le fait qu’il se concentrait sur la construction d’une puissance non seulement en dehors de l’État et du capitalisme, mais aussi en opposition farouche à ces derniers. C’est essentiel, car l’argument de vente du parti démocrate ces dernières années a été de prétendre que les choses empireraient si les Républicains étaient au pouvoir. Et cela masque le fait que le parti démocrate est en fin de compte un parti du capitalisme ; il n’a ni la capacité ni la volonté d’améliorer les choses pour les individu.e.s. Tout ce qu’il offrira, c’est une sorte de dérive encadrée vers le fascisme, dont le prix est l’assimilation. L’alternative, bien sûr, est l’approche carrément exterminationniste des Républicains.

Bash Back ! rejetait les politiques assimilationnistes, étatistes et capitalistes des principales organisations LGBT de l’époque et se concentrait sur la constitution par les personnes queer d’une communauté entre camarades, sur la pratique de l’entraide et de la solidarité et sur l’attaque de l’État, des capitalistes et des réactionnaires. C’est ce militantisme sans concession qui a été, selon moi, la contribution la plus importante de Bash Back ! et qui devrait être au centre des préoccupations à venir.

Comment les gens peuvent-ils s’impliquer ? Quelles sont les tactiques et les stratégies que les gens peuvent mettre en œuvre dans leurs propres communautés de manière continue, afin que cela ne soit pas seulement une convergence mais vienne également imprimer un nouvel élan à travers le continent ?

Il est difficile de dire exactement comment s’impliquer dans Bash Back ! Il est évident que nous voulons que les gens viennent à la convergence pour partager des idées, établir des contacts et créer des liens de solidarité. Mais pour ce qui est de la manière de s’impliquer, il n’y a pas vraiment de réponse toute faite. Ce qui a rendu Bash Back ! si important, c’était en partie le fait qu’il s’agissait d’un réseau assez souple, avec des sections autonomes qui agissaient selon ce qui apparaissait comme logique aux personnes impliquées dans ces sections au niveau local.

Mais d’une manière générale, Bash Back ! s’est concentré sur la confrontation avec les fanatiques religieux, l’entraide, l’autodéfense et la propagande. Fondamentalement, il faut comprendre que l’État ne nous protégera pas, pas plus que les politiciens, et que nous devons construire la solidarité au sein de nos communautés comme une question de survie. C’est pourquoi il est indispensable de renforcer la confiance et la camaraderie. Tout comme il est nécessaire de faire face à ceux qui veulent nous détruire. Et dans un monde qui cherche à nous maintenir dans la misère, toutes expressions et célébrations de la joie queer sont essentielles.

Pour ce qui est de la direction à prendre, les anciens Principes d’Unité de Bash Back ! sont un bon point de départ :

  • Lutter pour la libération. Rien de plus, rien de moins. La reconnaissance par l’État au travers d’institutions oppressives telles que le mariage et l’armée n’est pas un pas vers la libération, mais plutôt vers l’assimilation hétéronormative.
  • Rejeter le capitalisme, l’impérialisme et toutes les formes de pouvoir d’État.
  • S’opposer activement à l’oppression à l’intérieur et à l’extérieur du "mouvement". Le racisme, le patriarcat, l’hétérosexisme, le sexisme, la transphobie et tous les comportements oppressifs ne doivent pas être tolérés.
  • Respecter la diversité des tactiques dans la lutte pour la libération. Ne condamnez pas une action au seul motif que l’État la juge illégale.

Vous aussi, vous pouvez être Bash Back ! Organisez une section et agissez dans votre communauté !

International
Eurovision et géopolitique
Analyse -

28 AVRIL 2020

Petite histoire du célèbre concours de la chanson, vu sous l’angle des relations internationales

De la puissance des femmes wolofs au Sénégal
Analyse -

28 Mars 2020

Réflexions sur le féminisme occidental

Queer
Qui détruira l’Enfant Queer ?
Nouvelle -

28 novembre 2021

Jordi Ellez

« Où se situe aujourd’hui la frontière Enfant Queer/Adulte Queer ? »

révolution
Mon existence est révolution
Archive -

28 JUIN 2021

Expression d’une sensibilité fhariste.

Premiers matériaux pour une théorie du patriarcat
Analyse -

28 FÉVRIER 2021

« Malgré les promesses de la démocratie libérale d’une société plus inclusive, les discriminations de race et de genre persistent, et les inégalités sociales s’amplifient. »